J’ai un problème

Tu vas mourir d’apoplexie. C’est ce qu’il a dit. Il a dit ça! Pourtant j’ai juste froid. Ça, c’est ce que j’ai dit, moi. Il a répondu : fais attention, hein? Ça m’énerve.
J’ai caché mon incompétence : apoplexie, c’est quoi exactement? On en meurt, ça, je crois le savoir. Sur le rapport avec le froid, je doute. Je chercherai plus tard car je n’aime pas laisser des mots sans signification. Mais je les oublie, ces définitions… je suis comme ça. Je voudrais bien tout savoir mais ce n’est jamais comme ça que ça se passe. Ça n’imprime pas. Mon disque dur est pourri. Ça m’énerve.Une fois, j’ai fait un test dans un journal : cocher dans une liste des mots que je connais. Souligner ceux dont je suis certain de la définition ou un truc comme ça. En tout cas ça ressemblait à ça, l’exercice. Résultat : sur 1000 mots proposés j’en connais 332. Je suis certain de la signification de 130. « Moyen faible » selon le test. Il y a donc pire que moi… Ils donnaient une méthode pour s’améliorer : il fallait faire un cahier et noter dans la marge de gauche les mots et dans la partie droite (je ne sais pas comment ça s’appelle) il fallait mettre la définition, puis réviser en cachant une des parties. J’ai essayé, mais moi, au bout de deux heures je commençais déjà à douter de ce que j’avais appris. Alors j’ai arrêté. Ça m’énerve.
Parfois c’est aussi une question de nuance. Compassion et pitié. Il me semble que c’est pareil mais je n’arrive pas à en être certain. L’un est plus compliqué que l’autre alors je dis « pitié »… De toute façon j’ai peur de beaucoup de « con » : condescendant, concupiscence et consort… et aussi certains « pa » devant paradigme, je bute. Ça m’énerve.
Attention. Je ne parle pas de palindrome ou palimpseste ou des mots compliqués et impossibles… ceux-là je ne les vois pas souvent, même si je suis certain que quand ils apparaissent quelque part je vais paniquer. Non. Je m’inquiète surtout des mots simples. Utilisés par tous. J’ai peur de ne pas comprendre leur signification exacte et de rester dans le flou. Ça me rend fou. Ça m’énerve.
Les mots ne trouvent pas de case dans mon cerveau. J’ai autant de mal à les apprendre que quand on tentait de me faire retenir les numéros des départements français. D’ailleurs, la géographie n’est pas mon truc non plus. Par exemple, un pays, j’ai beau le chercher régulièrement je n’arrive pas à le situer : Nicaragua, j’hésite toujours entre l’Afrique et l’Amérique du sud. J’ai regardé un million de fois et je ne sais toujours pas. Un prof m’a pourtant dit un jour qu’il suffisait de répéter sept fois quelque chose pour le retenir à jamais, mais ça ne marche pas pour moi. Ça m’énerve.
J’ai l’impression de ne rien comprendre au monde malgré mes efforts surhumains pour essayer d’attraper des bribes de ce magma infernal (je me le répète souvent alors j’arrive à bien formuler cette phrase).
Et, mon Dieu, je vote.
Ça m’inquiète.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s